Votre panier est vide  Votre compte

Questions ? Réponses ! Générales.

Comment a lieu le recrutement des enseignants ?

Dans notre établissement (qui est en EGD, c’est-à-dire géré directement par l’AEFE), trois statuts sont prévus pour les personnels :

  • les « expatriés » : nommés par l’administration française, c’est-à-dire Education Nationale pour les enseignants et Ministère des Affaires Etrangères pour l’administration, (et de moins en moins nombreux dans le réseau) leur cout est pris à 100% en compte par l’AEFE.
  • les « résidents », toujours nommés par l’administration française, ils sont payé à 100% par l’AEFE mais, en général, le Lycée Stendhal rembourse à l’AEFE 54% du salaire et 100% de l’ISVN – Indemnité Spécifique de Vie Locale ; en ce qui concerne les enseignants, ils bénéficient des charges sociales, progression de carrière, etc. semblables à celles d’un enseignant en France.
  • les « non-résidents » sont des personnes recrutées localement, qui ne bénéficient pas, en tant qu’enseignants, des mêmes avantages que leurs collègues résidents. Le recrutement local est géré à deux niveaux : c’est d’abord la CCPLE – Commission Consultative Paritaire Locale Etablissement, formée paritairement par l’administration et les représentants des syndicats qui examine les candidatures, ensuite c’est la CCPLA - Commission Consultative Paritaire Académique, qui pour Milan se tient à Rome et à laquelle participe aussi le SCAC – Service de Coopération et d’Action Culturelle, qui tranche.

Il faut savoir que Milan est particulièrement bien loti par rapport aux autres écoles du réseau AEFE puisque tous les enseignants du primaire et presque tous ceux du secondaire  sont titulaires (c’est-à-dire diplômés) de l’Education Nationale. En outre, grâce au vivier qui s’est créé ses dernières années, même les remplaçants le sont en général. Les enseignants de disciplines particulières (musique, italien, anglais,…) sont tous qualifiés dans la matière qu’ils enseignent.

Pourquoi cette année doit-on payer des frais d’examen ?

Les frais d’examen ont toujours existés mais ils n’étaient pas aussi clairement explicités dans les factures (merci à Mme Sébastian pour la transparence des documents qu’elle nous envoie !). Ils sont prévus :

  • Pour la III media, pour soutenir les frais d’enseignement spécifique (mathématique en langue italienne)
  • Pour le BAC, car celui-ci est organisé par un service mutualisateur basé à Rome ; ils servent à soutenir les déplacements des enseignants, la personne basée à Rome qui organise le BAC dans les lycées français d’Italie, …

En revanche, pas de frais à charge des familles pour le Brevet des collèges et l’esame di idoneità.

Comment les vacances scolaires sont-elles établies ?

C’est le conseil d’établissement - préparé par les conseils d’école et du second degré – qui propose à l’Ambassade le calendrier retenu plus opportun par les diverses communautés (enseignants, parents, personnels, ...). Ce calendrier doit être établi en suivant des règles précises : la définition de 5 périodes de durée comparable séparées de 4 périodes de vacances, ce qui signifie un rythme de 6/7 semaines de classe suivies par 10/15 jours de vacances pour un total de 864 heures minimum et 172 jours de classe par année scolaire; la prise en compte des festivités locales; un calendrier commun aux écoles françaises d’une même ville et, si possible, aussi à celles d’un même pays étranger ; deux jours de prérentrée pour les enseignants. C’est donc le SCAC de l’Ambassade qui tranche en définissant un calendrier unique sur la base des propositions de Milan, Rome et Turin.

Pourquoi notre établissement n’est pas « paritario » ?

Parce que pour être "paritario", il faut non seulement un nombre équivalent d'heures en italien et en français  mais surtout un équilibre dans les programmes des deux pays: or, cela ne pourra jamais être le cas pour notre Lycée car, si notre enseignement suivait le programme italien, il ne pourrait pas être reconnu par l'AEFE (cela est valable même pour les établissements conventionnés ou homologués).

Mon enfant subit les pressions de ses camarades et cela devient intolérable : que faire ?

Si ce sont des camarades de classe qui le harcèlent, parlez-en à l’enseignant ou au professeur principal. Il pourra ainsi établir les faits et prendre des mesures de correction. Si cela se produit dans la cour de récréation, signalez-le à Mme Jamois ou à la vie scolaire.

Mon enfant a des poux : que dois-je faire ?

En primaire : avertir l’enseignant et l’infirmière qui passera ainsi contrôler la classe et qui peut vous donner des informations pour les éliminer. En secondaire : avertir l’infirmière.

Comment sont composées les classes ?

L’enseignant « à la française » prévoient que les classes soient reconstituées chaque année ; seul le passage CP / CE1 fait exception pour garantir une stabilité qui favorise un meilleur apprentissage de l’écriture du français. En général, les effectifs sont donc mélangés à chaque passage de classe, en tenant compte des nationalités, des niveaux d’étude des élèves, des nouveaux arrivants, des « fortes têtes »,... Le but est d’arriver à avoir des classes équilibrées en nombre et composition, dans lesquelles les enfants « locaux » côtoient les « expat », tous les niveaux soient présents (pas de concentration des « bons » dans une classe et des moins bons dans une autre mais répartition homogène pour qu’une classe ait de très bons éléments qui « tirent vers le haut » les moyens et les moins bons) et que les éventuelles « fortes têtes » ne se retrouvent pas toutes ensembles. C’est un exercice compliqué, auquel s’attellent chaque année les enseignants du primaire avec la directrice et le proviseur adjoint, qui passent du temps pour trouver le meilleur équilibre possible.

Nos enfants doivent souvent imprimer des documents en couleur et cela coûte cher aux familles en terme de cartouches, ... : est-ce essentiel ?

Nous avons sensibilisé l’administration et les enseignants qui réduiront au minimum ce genre de recherche. La possibilité d’envoyer les devoirs directement par internet a aussi été évoquée.

Les cartables de nos enfants sont souvent lourds : est-ce normal ?

La loi italienne indique que le cartable pèse un dixième maximum du poids de l’enfant. L’APE souhaite mettre en place un groupe de travail pour vérifier son application mais difficile de trouver des volontaires pour l’animer...

Est-ce que les frais d’écolage augmenteront l’an prochain ?

Comme l’an dernier, ils augmenteront de 3% pour l’année scolaire 2012-2013 et, probablement, pour les deux années suivantes. Comme nous l’a clairement communiqué l’administration, ils ne pourront que croitre régulièrement dans les années prochaines, pour couvrir l’augmentation du cout de la vie mais aussi les frais de fonctionnement de l’établissement vu le désengagement progressif de l’AEFE.

Mon enfant me dit que certains jours, il n’y a pas de pâtes au menu de la cantine...

C’est vrai. Les menus ont été récemment revus par la commission cantine et un test est en cours : certains jours où d’autres féculents « appréciés par les élèves » sont prévus (frites, ...), les pâtes et le riz ne sont pas proposés. En revanche, plus de soupes, une plus grande variété de yaourt et de temps en temps, des desserts. Dites-nous ce que vous en pensez !

Comment connaitre les menus de la cantine ?

Ils sont affichés dans les vitrines à l’extérieur de l’école et publiés sur le site de l’école (www.lsmi.it).

Suite à l’élimination du square face à l’école, pourrait-on envisager de mettre des bancs sur l’esplanade ?

L’esplanade appartient à l’établissement. L’aménagement de bancs rendrait public un espace privé, mais surtout rapprocherait de l’école une population qu’il n’est pas souhaitable de voir aux alentours de notre Lycée.

Quand partent les inscriptions ?

Fin mai. Nouveauté de cette année : tout se fait en ligne par le site de l’école.